Warning: mktime() expects parameter 4 to be int, string given in /homepages/33/d399503887/htdocs/wp-content/themes/Eventor/single-evenement.php on line 6

I have a dream / Art Point M / Installation performance

16 septembre 2021

Plasticienne et styliste à l’origine, Fanny Bouyagui, directrice artistique de la compagnie Art Point M, basé à Roubaix, oriente ses recherches vers des univers surprenants et décalés, et expérimente un type de rapport privilégié entre spectateurs et acteurs.

Considérant le théâtre comme un « art brute », elle se sert de la mode comme d’un support et redessine le contour de ses modèles en jouant sur l’interactivité des corps, des images et des sons :
« Je veux que le public s’interroge sur cette dictature du maigre, son angoisse et sa frustration devant les canons que la société impose. J’aimerais faire retrouver l’appétit aux gens », déclare-t-elle au sujet de I have a dream. Plus largement, ses spectacles « totaux », entre happenings, théâtre et installations, dans lesquelles la musique joue également un rôle de premier plan, donnent une traduction plastique aux troubles de l’époque, dressant « un panorama intimiste de la condition humaine ».

Qu’elle se produise gratuitement en Albanie suite à la guerre du Kosovo ou au Lieu Unique de Nantes pour militer contre l’extrémisme, la troupe d’Art Point M, composée en partie de comédiennes non professionnelles, poursuit une démarche résolument engagée, radicale et hors-norme, qui en fait l’un des chefs de file du renouveau des arts de la scène européens.
Ses spectacles ont été présentés à Paris (Musée de la Mode, Centre Georges Pompidou), New York (Dumbo Art Center, Williamsburg Art Museum, Down Town Festival), Detroit, Lisbonne, Nantes, et la compagnie est à l’honneur des manifestations autour de LILLE 2004.

Présenté, pour la première fois au Canada, le samedi soir et le dimanche après-midi, I have a dream, installation-performance pour 8 comédiennes, 2 DJ et 2 VJ, baigne un spectateur à la fois voyeur et participant dans un environnement entièrement blanc, étonnant mélange d’images vidéo et de sons électroniques, proposition expérimentale pour dénoncer les excès du paraître et la dictature de la beauté. Derrière des vitrines de plexiglas, 8 femmes se font lentement, très lentement, transformer en mannequins. Les comédiennes ballotent le spectateur entre le Quartier Rouge d’Amsterdam et les podiums de la mode.